Formateur en FOAD prescripteur de logiciel? Une question d’autorité et d’éthique traitée à deux voix.

Suite à la publication de l’article WordPress ou Spiral Connect comme agrégateur du web 2.0 où je cite nombre de logiciels et donc il me semble intéressant de ressortir cette réflexion à deux voix de mon disque dur, pas tout à fait aboutie, mais qui tombe à pic sur ce sujet du choix des logiciels que l’on fait (ou impose) en tant que formateur (surtout pour ces logiciels du web 2.0 accessibles en ligne sans installation, et donc justement pour lesquels on pourrait penser que le choix n’a que peu d’importance):

Pascal:

Je vous propose d’aborder un sujet que je trouve trop souvent balayé d’un revers de manche. Les formateurs ayant recours à la FOAD, qui forment les stagiaires via des applications numériques et les accompagnent vers les usages de ces applications, sélectionnent forcement les outils qu’ils utiliseront pour réaliser leur travail. Vous pourrez rétorquer que lors de l’apprentissage de la conduite, nous sommes aussi orientés vers une marque de voiture, puisque nous avons appris avec une seule en général. Ce serait négliger la complexité du métier de formateur. Il propose une ouverture non seulement vers des outils pratiques, un logiciel de traitement de texte comme une voiture citadine quand il s’agit de rendre un devoir, mais aussi vers des usages lorsqu’il propose de reproduire les usages sociaux de la classe à travers les outils numériques. Ces usages correspondent à des modes de vies, puisque le fort développement des médias sociaux sur internet montre bien des manières différentes d’envisager la relation sociale, la relation de travail ou plus encore une attitude face à la circulation ou la production d’information.

A la différence d’une marque de voiture, le système de production des logiciels et des services sur le web relève de plusieurs modèles économiques. En effet, logiciel commerciaux, logiciel libre ou logiciel gratuit, service payant ou gratuit en échange de conditions d’utilisations rarement connues, services communautaires de type associatif ou service à but lucratif représentent des aspects souvent difficiles à déchiffrer face à cet accès soit disant universel du web.

Charlotte:

Cela semble difficile pour l’individu lambda qui doit passer par le nécessaire apprentissage d’un usage qu’une autorité lui délivrera. Et, comme pour tout éducateur, le formateur, pour que son discours soit entendu, doit passer par une reconnaissance de sa compétence, il peut user de son pouvoir d’influence inconsciemment ou non.

Lire la suite

Intervenir oralement en public en utilisant un support vidéo projeté

Intervention dans le cadre du Colloque des Formateurs de la Fédération Française de Badminton

11 juin 2013

L’objet de cette intervention était d’aider les formateurs à utiliser à bon escient un support vidéo projeté comme aide à l’intervention en présentiel en formation, mais aussi de suggérer la curiosité dans l’exploitation de cette ressource vidéo… et donc d’éviter la « mode powerpoint » avec la dérive des listes à puces indigestes (que j’appelle liste des courses!).

Pour celà, j’ai donc utilisé un Prezi avec une représentation schématique qui me parlait (et qui j’espère a interpellé le public que j’avais ce jour là repartis dans leurs régions de france), l’iceberg et la partie immergée de l’iceberg. En effet, pour moi le support est neutre (c’est un outil), mais l’usage que nous en faisons n’est jamais neutre et ne doit pas décentré de l’objectif de formation… J’ai quand même rajouté un petit nuage avec quelques conseils techniques, mais là n’est pas l’important pour moi (mais un mode d’emploi technique est toujours nécessaire!).

Voici la présentation: