Jour 133; Affaire HNM9: j’ai embauché mes enfants comme assistants Youtubeur pour mon Master!

Je ne sais pas si je vais pouvoir valider mon master, cette affaire #HNM9gate, commence à remettre en cause mon intégrité, mes enfants n’avaient pas encore fini leurs études, même pas encore leur B2i en poche, que je les ai recrutés pour mon devoir noté sur le thème d’Humanités numériques et figures subjectives. Voici la preuve en vidéo :

Je met quand même le boulot que j’ai réalisé, pour prouver que je travaille un tout petit peu!!

Pragmatique ou futile?

2 Interactions avec 2 outils différents : “Ok Google” et “Cortana”

Interaction 1: “Ok Google” en version pragmatique (0:02” à 0:51”)

Retranscription :

Ok Google en version pragmatique (0:02” à 0:51”)
Raphaël: Est-ce que tu peux envoyer un message à papa?
Google: Ok, que voulez vous dire à Papa dans ce SMS?
Raphaël: Je voudrais lui demander quand est ce qu’il arrive?
Google: Ok voulez vous l’envoyer ou le modifier?
Raphaël: Modifier
Google: Quel est votre message?
Raphaël: Quand est ce que tu arrives, je commence à avoir mal à la tête.
Google: Ok voulez vous l’envoyer ou le modifier?
Raphaël: Envoyer
Google: Très bien…….. Message envoyé

Analyse:

Raphaël demande à son smartphone Androïd de composer un message à son père à sa place. L’avantage d’utiliser un smartphone ou autre artefact équivalent permet la mobilité et donc la portabilité du système en terme de localisation géographique. Dans cette interaction Raphaël est à son domicile, dans le bureau. L’avantage est l’interactivité entre l’homme et la machine via un artefact.

“Papa” est dans son répertoire téléphonique, c’est ainsi qu’il a nommé le contact téléphonique de son père, l’instruction est facilement comprise par l’application “Ok Google”.

Le contact apparaît sur le téléphone avec la photo ou avatar, Raphaël est sûr de ne pas se tromper. Le message traduit par SMS par l’application est rédigé en direct sur l’écran du smartphone.

C’est à la lecture de la retranscription “Je voudrais lui demander quand est ce qu’il arrive?” sur l’écran de son smartphone que Raphaël se rend compte que son message manque de précision, il demande à le modifier et dans sa deuxième tentative précise sa pensée et pourquoi il fait cette demande “Quand est ce que tu arrives, je commence à avoir mal à la tête.”. Sa commande vocale retranscrit en direct de manière écrite lui a permis une prise de recul et l’occasion de donner une information importante dans son message “j’ai mal à la tête”. Cette fois ci son père comprendra que ce SMS lui demande d’accélérer son retour pour une prise de médicament, Raphaël était malade et seul à la maison ce jour là.

Ici pas de prénom, pas de version humanoïde, on commence par “Ok Google” pour déclencher l’application, pas de fioriture mais efficace. A noter, qu’à aucun moment Raphaël n’a eu besoin d’une action manuelle (touche ou écran tactile) pour envoyer le SMS à son père.

Nous remarquerons aussi que le début de l’interaction même si elle est de type synchrone ne se déroule pas de manière classique en terme d’ouverture, de fermeture et d’interaction elle-même, puisque la première intervention de “Ok Google” ne commence pas par un “bonjour” mais par “Ok, que voulez-vous dire à papa dans ce SMS ?”.

Une fois que Raphaël lui a dicté son message et qu’il lui indique qu’il souhaite le modifier, la “commande” est enregistrée mais sans aucun mot de liaison ou conjonction de coordination puisque la réponse est la suivante : “Quel est votre message ?”, alors que dans une interaction ordinaire une confirmation de prise en compte de la demande et du fait qu’elle était bien prise en charge et comprise aurait été signifiée et stipulée au demandeur.

En terme de phénomène marquant, nous pouvons souligner le “temps d’attente” ou nommé “silence” dans notre transcription  2 – version 2 après chaque demande qui est faite par Raphaël à l’artefact. Ce “silence” est le temps nécessaire à la compréhension de la “commande” par la machine et temps nécessaire à son traitement pour une réponse adaptée (ou pas d’ailleurs!). Ces silences peuvent être comptabilisés ou appréhendés comme “LPT” (lieux pertinents de transition) entre les échanges homme (Raphaël) / Machine (“Ok Google”).

Enfin en guise de clôture de l’interaction, pas de “merci”, “au revoir”, “ a bientôt”….. mais un simple “message envoyé” (de manière machinale).

Interaction 2 : Cortana: (version futile?) Que fais je ? Une blague ? (0:51” à 2:05”)

Retranscription :

Cortana: (version futile?) Que fais je ? Une blague ? (0:51” à 2:05”)
Mathilde: Bonjour
Cortana: Bonjour, que puis-je faire pour vous ?
Mathilde Comment tu t’appelles ?
Cortana Je suis Cortana
Mathilde Où es-tu ?
Cortana Je suis votre assistante personnelle,  parlez-moi des sujets qui vous intéressent et je pourrais vous faire des suggestions après les avoir enregistrées.
Mathilde Super, merci
Cortana Voici quelques informations qui pourraient vous aider
Mathilde Je n’en veux pas
Cortana Voici quelques informations qui pourraient vous aider
Mathilde Tu peux me dire une blague ?
Cortana Que fais un geek quand rien ne vas plus ? Il se console !
Mathilde Je n’ai pas compris le sens

Analyse:

Mathilde engage la discussion en disant “Bonjour”, Cortana répond et propose son aide en parfaite assistante. Mathilde s’interroge sur l’identité et va poser des questions “d’enfant” comme ; Qui es tu? Où es tu?

Dans la version “Cortana”, l’ouverture de l’interaction, respecte les modalités des conversations ordinaires et par là-même de politesse, car rappelons qu’elle est là pour aider et interagir avec l’interlocuteur.

“Cortana” relance ses propositions d’aide, elle est programmée pour aider, pas pour discuter? Face à ce dévouement pour elle Mathilde répond “super”, et “Cortana” s’empresse de lui proposer des recherches sur ce mot, “Cortana” n’a pas saisi que c’était un mot de ponctuation et de remerciement face à tant de gentillesse !

D’un autre point de vue, “Cortana” ne va pas se contenter de “taper la causette”, sur le mot “super” l’application va proposer trois liens en relation avec cette demande. Mathilde ne s’en saisit pas, mais “Cortana” a tenté sous la forme d’une initiative.

Quand Mathilde demande une blague “Cortana” s’exécute, la blague est drôle, mais uniquement pour les deux caméramans!!! Effectivement, après la vidéo, Mathilde nous demande ce qu’est un Geek! Impossible pour elle de comprendre le jeu de mot console (verbe consoler) / console (de jeu vidéo) sans savoir ce qu’est un Geek. L’algorithme de “Cortana” n’est pas allé chercher l’âge de Mathilde…. et donc sa blague tombe à l’eau totalement! Distraire quelqu’un est un art du langage couplé à une intelligence de la situation, difficile pour notre application de cerner toutes ces subtilitées permises autant par l’observation que la capacité à s’exprimer.

En terme technique, d’utilisation du logiciel d’aide avec “Cortana” (d’ailleurs une femme ….et non un homme…) nous pouvons nous rendre compte au visionnage attentif de la vidéo que Mathilde parle à “Cortana” via un ordinateur fixe et il est indispensable dans cette interaction d’utiliser et de “toucher” aux accessoires de l’ordinateur (en l’occurrence la souris) afin de pouvoir interagir avec “Cortana” (cf les “bips” que l’on entend et qui sont à chaque fois liés au geste de Mathilde mettant sa main sur la souris, pour déplacer le cursus et ainsi pouvoir relancer la discussion), chose qu’avec “Ok Google” il n’était pas besoin de faire, nulle intervention manuelle mais seulement la voix.

Enfin, dans cette interaction tout comme celle de Raphaël, le système ne clôture pas l’échange.

En guise de conclusion

Pragmatique c’est important, et dans notre exemple l’application “Ok Google” se révèle performante, mais il nous semblerait dommage de dire que la futilité apparente de “Cortana” dans notre exemple montre qu’il faudrait oublier ce type d’application.

Si l’on enregistrait, de la même sorte, une discussion de deux collègues le matin qui se croisent sur le perron de l’entreprise, la discussion serait sûrement futile, “le froid sec c’est mieux que la pluie”, “la couleur du parapluie est belle”… Mais cette discussion a un intérêt fort, elle permet un sentiment d’appartenance à l’entreprise… Ne rien dire, pour ne pas être futile, anéantirait toute amorce de relation sociale, qui on l’espère, permettra aux collègues des échanges sociaux plus intenses à d’autres moments.

Ces deux outils ne sont donc pas des futilités en soi, mais bel et bien des aides probantes à l’humain. Que dire de l’utilisation de “Ok Google”, en voiture par exemple, alors que l’on conduit et qui nous permet par le simple son de la voix de pouvoir adresser un SMS à un proche ou à un ami sans prendre le risque d’être arrêté par les gendarmes et d’avoir une contravention au non respect du code de la route. L’artefact homme-machine en ce sens, serait donc une aide précieuse à notre sécurité !

Pour ce qui est de “Cortana”, il paraît évident que ne sachant pas à quelle personne elle s’adresse, il est difficile d’interagir correctement avec des réponses adaptées.

Nous pouvons donc noter que si des améliorations doivent être apportées à ces artefacts en terme de compréhension mi-homme/mi-machine, que ce sont des avancées considérable dans le champ de la recherche et du numérique dans son ensemble qu’il faut souligner.

Pour paraphraser Nietzsche, nous dirions que “La futilité est incontournable”, un de ses propos étant:   “Quiconque a sondé le fond des choses devine sans peine quelle sagesse il y a à rester superficiel. C’est l’instinct de conservation qui apprend à être hâtif, léger et faux.” Friedrich Wilhelm Nietzsche, Par-delà le bien et le mal (1886).

“Ok Google” nous rend service et “Cortana” se rapproche de la figure humaine, à méditer…

Nous  parlons avec des machines, jouons et discutons avec des machines…. vivrons nous demain avec des Humanoïdes ?

Devoir réalisé avec Hélène Roux.

Bon je sais, je devrais plutôt remplir les pages blanches de mes rapports de stage et mémoire de stage plutôt qu’écrire des « conneries » sur mon blog, mais faut bien des récréations à distance aussi!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s