Education populaire et TIC

Récit d’expérience, version publique d’une activité présentée au concours interne de recrutement des CTPS 2008.

Education populaire et TIC

Mise en œuvre du cycle de formation « l’éducation populaire aujourd’hui » en 2007

Voir le document joint pour lire l’intégralité du récit d’expérience: Education_Populaire_et_TIC_mai2009

Sommaire

I)Une collaboration avec l’INJEP 3

I.1)Mission FOAD au CREPS 4

I.2)Analyse des problématiques sous-jacentes 4

I.3)Appel à contribution de l’INJEP 6

I.4)Présentation du cycle l’éducation populaire aujourd’hui 6

II)Le cycle de formation l’éducation populaire aujourd’hui : 1er stage « Comment accompagner un projet collaboratif ? » 7

II.1)Octobre 2006, la conception du 1er stage 7

II.2)Analyse de mon expérience de coopération : Participation au site « SPIP-Contrib » 9

II.3)Utilisation des outils TIC pour facilité la coopération 11

II.4)Déroulement du 1er stage « Comment accompagner un projet coopératif ? », des méthodes d’éducation populaire 12

II.5)Évaluation 14

III)Le cycle l’éducation populaire aujourd’hui : 2nd stage « Comment les TIC renouvellent les méthodes d’éducation populaire ? » 18

III.1)Préparation du 2nd stage 18

III.2)Enquête auprès d’auteurs ayant diffusé leur œuvre sous licence libre 19

III.3)Lancement du PEM et report du stage en mars 2008 19

III.4)Déroulement du 2nd stage « Nouveaux usages des TIC : créer, partager, accompagner ». 20

III.5)Évaluation 22

IV)Perspectives 25

IV.1)Perspectives pour continuer la collaboration avec l’INJEP 25

IV.2)Perspectives au niveau du CREPS 25

IV.3)Internet un monde actuel, sûrement pas virtuel 26

Notes pour la version publique (19 mai 2009):

Le travail initié est stoppé, pas de formation en octobre autour de la coopération, pour cause de fermeture de l’INJEP. Ce récit montre pourtant l’efficience de la démarche de formation en recherche action initiée par Dominique Diamand-Martin, l’impact se mesurant à la fois pour les personnes présentent sur ces stages, mais aussi pour toute l’équipe impliquée dans ce cycle de formation. Chacun dans son CREPS, son association ou à l’INJEP, réinvestissait les compétences en coopération, en maîtrise des outils TIC et faisait vivre l’éducation populaire…

Je publierai prochainement la deuxième activité présentée lors de ce concours, qui montre plus directement les compétences acquises et partagées avec les collègues sur l’ensemble du territoire en matière de Formation ouverte et/ou à Distance, avec une approche spécifique aux champs Jeunesses et Sports.

Je profite de cette publication pour remercier Dominique Diamand-Martin et Jean-Christophe Sarrot qui m’ont sollicité pour vivre cette aventure, Isabelle Ferracci et Amélie Turet, Marianne Massaloux et Gérald Elbaze de l’association Médias-Cité ainsi que Bernard Debars avec qui je coopère depuis mon arrivée en mars 2000 au CREPS Aquitaine.

Une collaboration avec l’INJEP1

« Qu’est ce qui est nouveau dans les nouvelles technologies ? c’est l’adresse2 » disait Michel Serres lors d’une conférence à l’école Polytechnique. En effet, selon lui, le réseau existe depuis les voies romaines. Certes, les TIC3 accélèrent la circulation de l’information mais depuis l’invention de la roue, l’homme s’est constamment lancé le défi d’être encore plus rapide; la célérité de l’information n’est donc pas une notion nouvelle. En revanche, ce qui nous localisait sur la terre, depuis la nuit des temps, c’était bien notre adresse. Et voilà sans doute la plus grande innovation apportée par les TIC : l’adresse de courriel ou le numéro de téléphone cellulaire ne se réfère plus à notre espace métrique et juridique. C’est pourquoi le début de nos conversations est ponctué, le plus souvent, par « t’es où ? ». Cette réflexion bouleversait ma perception de l’entrée en masse des TIC dans nos vies et donc aussi le sens de mon métier axé sur la formation à ces technologies.

Quelle est l’évolution de l’éducation populaire au contact de ces nouvelles technologies ? C’est la question que je me suis posée et qui initie mon expérience dans cette présentation. Il me semble opportun de décrire cette expérience, dans la mesure où j’y ai développé mes compétences, en matière d’expertise, de recherche appliquée, à travers la conception et la mise en œuvre d’un cycle de formation pour l’Unité de recherche, des Études et de la Formation de l’INJEP. En outre, c’est ma capacité d’expertise qui m’a conduit à participer à l’élaboration de ce cycle de formation. C’est pourquoi, je serai amené à détailler, en parallèle de la conception des stages, ma compétence spécialisée quant aux transformations apportées par ces technologies sur la formation, dans une démarche de recherche-action.

Afin d’interroger les pratiques et usages liés au développement des TIC et leur interaction dans l’éducation populaire, l’INJEP lançait pour l’année 2007 un cycle de formation intitulé « l’Education populaire aujourd’hui ». Dans ce cycle de trois stages, deux étaient spécifiquement en lien avec les TIC, Dominique Diamand-Martin, chargé d’études et de formation de l’UREF4 de l’INJEP, responsable de ce cycle, me sollicitait donc pour collaborer à la mise en œuvre d’un premier stage intitulé « Comment accompagner un projet coopératif » et être co-responsable pédagogique d’un second « Comment les usages des TIC peuvent-ils renouveler les pratiques d’éducation populaire. ». Ce deuxième stage serait organisé au CREPS5 Aquitaine dans le souci de délocaliser les formations que l’INJEP élabore avec les acteurs de terrain sur le territoire.

Voir le document joint pour lire l’intégralité du récit d’expérience:Education_Populaire_et_TIC_mai2009

1INJEP: Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation populaire

2Les nouvelles technologies, que nous apportent-elles ? Conférence de Michel Serres, enregistrée à l’École Polytechnique le 1er décembre 2005

3TIC: Technologies de l’Information et de la Communication

4UREF: Unité de Recherche Et de Formation

5CREPS: Centre d’Education Populaire et de Sports

Publicités