Prendre sa voiture ou rouler sur internet ? Ce serait moins polluant parfois !

Vendredi, je tentais une expérience nouvelle pour moi. Une journée de travail à la maison, en direct avec mon univers professionnel. Les moyens ne manquent pas pour établir le contact et ce tout simplement grâce à une simple connexion internet. En effet, courriel, messagerie instantanée et téléphonie par internet font que je n’étais pas si seul chez moi. Je n’avais pas branché de webcam, comme ça j’ai pu repousser l’heure de ma toilette !!! De toute façon, je traite presque toutes les affaires courantes par courriel même à l’intérieur de l’établissement pour lequel je travaille. Que le courriel parte de chez moi ou du bureau, cela revient au même, ou peut-être qu’il faudrait s’interroger sur l’emploi du courriel à tout va pour communiquer en interne : c’est comme si pour se passer un papier entre collègues on utilisait le courrier postal et pas un simple casier !

Je reviens sur ma journée de vendredi :
d’abord j’ai dormi trois quart d’heure de plus et les enfants se sont reveillés d’eux même
je n’ai pas encombré les bouchons de la rocade bordelaise (et donc moins pollué et économisé mon or noir)
je n’ai pas stressé pour savoir si le soir serait un vendredi noir sur la rocade et que je n’arriverais pas à temps à la crèche et à l’école (c’est le fait de ne pas avoir eu ce stress que je me suis rendu compte que je l’avais presque tous les autres jours… et le stress ça fatigue !!)
une fois la journée de travail achevé, je suis allé chercher les enfants et hop, tranquilles à la maison !

Quelle satisfaction, pourquoi n’ai je pas tenté cette expérience plus tôt ? Tout de suite j’ai repensé à un livre de Corinne Maier, Bonjour paresse : De l’art et de la nécessité d’en faire le moins possible en entreprise. Effectivement, ce vendredi on ne risque pas de m’avoir vu passé avec un dossier sur le bras ou d’avoir dit à intervalles réguliers que j’étais « overbooké » !!!

Par contre, je pense que j’ai été beaucoup plus « productif » que si j’avais été au bureau. Même en oubliant le fait que j’étais plus reposé et moins stressé, j’ai pu travailler de façon intensive et bénéficier d’une concentration maximum. Quel silence dans ma maison, et pas de téléphone ou autres sollictations qui vous casse dans votre élan. Je repense aussi à une évaluation de l’efficacité d’un cadre sur son lieu de travail, qui serait de 10% sur son temps de présence, chaque sollicitation demandant un bon quart d’heure pour se reconcentrer !!

Bien sûr je ne souhaite pas travaillé tous les jours à la maison, il y a aussi des tâches que je ne peux pas faire à distance, des personnes que j’ai plaisir (et la nécessité aussi) de rencontrer « en vrai ». Mais je commence à penser que je peux moduler mon emploi du temps de manière à passer de temps en temps des journées entières à la maison et pour d’autres journées, à me rendre sur mon lieu de travail sur les heures creuses de la rocade bordelaise… Au risque d’être mal vu… soyons optimiste…

Effectivement, j’ai la possibilité technique de le faire dans le sens ou mon temps de travail est annualisé. Je pense quand même que l’on pourrait moduler l’emploi du temps de personnes même avec emploi du temps fixé. Un téléphone et une messagerie sont si faciles à faire suivre. La limite est d’avoir une connexion internet chez soi…

J’imagine que l’on pourrait de cette sorte diminué l’utilisation des voitures et la pollution du même coup… n’est ce qu’un rêve de spatio.not ou une idée qui ne rentre pas dans le cadre de nos sociétés hyper hiérarchisées et contrôlées…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s